Corbeil —Tarterets

paris

9 avril 2019

La transformation des quartiers populaires, dits paupérisés ou d’exclusion, demeure un enjeu fondamental dans le développement et la gestion des métropoles. Cet enjeu a réémergé avec force dans la période récente à l’occasion d’un ensemble de révoltes sociales, pointant les questions de la discrimination, des inégalités et de la ségrégation spatiale, et l’absence de perspectives qui poussent nombre de jeunes et de moins jeunes à des illégalismes. À travers le prisme de la jeunesse, à partir d’une approche empirique originale conduite dans des quartiers franciliens, la recherche vise à saisir les recompositions en cours dans ces territoires en tentant de dépasser les analyses homogénéisantes, stigmatisantes ou au contraire naïves, qui en sont le plus souvent données. Pour ce faire, elle s’appuie sur une triple démarche :

  1. 1. partir de l’expérience des jeunes pour appréhender les rapports sociaux et au territoire dans une approche intersectionnelle,
  2. 2. appréhender l’espace métropolitain du point de vue des quartiers populaires au lieu de ne le considérer que du point de vue du centre, et de ne voir ces quartiers que comme territoires d’exclusion et
  3. 3. développer une méthode de recherche participative mobilisant les outils numériques. développée dans dix quartiers de l’Ile de France.

Pour consulter la fiche synthèse de cette étude de cas pour l’année 2018.

 

 

PERSONNES